LA MUSIQUE newsletter facebook

musique


La musique au sein de l’Agence de Voyages Imaginaires

Si on regarde un film et que l’on est totalement subjugué et captivé par l’histoire et les personnages, on ne va pas spécialement et toujours détecter les ponctuations et passages musicaux qui l’accompagnent. Et pourtant, dans de nombreux films, la musique est omniprésente et fait corps avec l’image, souligne et incarne la dramaturgie. Elle éclaire et guide le spectateur dans ce voyage, dans cette fiction. Elle se fait vibration de l’émotion, des tensions et des relâchements qui constituent le drame.
C’est ce rôle que nous lui donnons également dans les spectacles de l’Agence. Mais, à la différence du cinéma, les musiciens-comédiens sont sur scène, ils recréent chaque soir cette symbiose. Cette musique qui, pareillement au jeu du comédien, est vivante et interactive. Le personnage l’inspire et elle inspire le personnage, son état, sa gestuelle. On peut presque dire qu’elle est personnage, incarnée par celui ou ceux qui la jouent, par les différents instruments, qui sont autant décor sonore que visuel.
À chaque création de spectacle, une nouvelle création musicale. De nouvelles compositions, de nouvelles couleurs se nourrissant autant des folklores des pays et époques où se situe le drame que de recherche personnelle, de sonorités actuelles, d’informatique musicale, d’instruments insolites. De voyages et de rencontres artistiques. Elle se joue seul, à deux, à trois… En fanfare. À cordes, à anches, à embouchure, à peau.
Elle est une part inhérente du spectacle, de sa magie. Elle fait danser le public avec l’acteur tout au long de cette rencontre, de cette fête qu’est un représentation théâtrale.
Elle doit préparer le silence, chuchoter les conspirations, battre les coeurs, tambouriner les batailles, hurler les souffrances, chanter les retrouvailles… Elle est un élément indissociable de notre travail de faiseur de rêves, de secoueur de conscience, d’alchimiste au nez rouge.

Vincent Trouble

…et aussi le lien de mon site : www.vincent-trouble.com


EL CID

Composition : Vincent Trouble

elcid02Tragédie qui finit bien, histoire d’un amour impossible, véritable histoire de cape et d’épée, l’histoire du Cid est aussi une histoire de conquêtes.
La conquête du Cid. Les conquêtes de l’homme.

La première version du Cid de Corneille est une tragi-comédie, où le comique et le tragique s’entrechoquent. Les alexandrins jouent et chantent comme une musique ou une langue d’ailleurs et apportent une force poétique unique. L’histoire tient en haleine le spectateur, développe un véritable suspense. Il y a du sang, de la sueur et de l’amour. Dans El Cid, il y a du Shakespeare, du Hitchcock, du Tarantino !

 


ANTIGONE

Composition : Vincent Trouble

vinceCréon et Antigone, l’affrontement de deux manières d’aborder la vie. D’une part, une forme de sagesse, d’acceptation, de compromis, de résignation, de lâcheté et de l’autre, une forme de révolte, d’insoumission, de lutte, d’arrogance. Deux peurs terribles de leurs destins respectifs. Un conteur magicien qui incarne lui-même ces grands personnages, assisté de deux anges musico-manipulateurs (l’un violoniste et l’autre, accordéoniste) devenant plus tard deux gardes grotesques d’humanité. Une scénographie d’une inventivité toujours étonnante.

Un besoin de lyrisme, de tension, de burlesque, de fragilité. Des univers sonores électros qui succèdent à des envolées symphoniques, des duos violons-accordéon sur scène, un soupçon de clarinette basse. Une partition musicale et sonore très présente. Des thèmes qui apparaissent, disparaissent, se mélangent, deviennent familiers, vous glacent le sang ou vous font pleurer.

Une envie de partager cette musique avec ceux qui on vu le spectacle et qui veulent en garder une saveur, un parfum, un souvenir. Et puis pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, ceux qui ne le verront pas…
Pour ceux qui y trouveront ou retrouveront un plaisir particulier, unique …

Vincent Trouble

Hadrien Trigance, violon
Lucie Botiveau, accordéon


LE BOURGEOIS

Composition : Vincent Trouble

musik-vince-02Une comédie-ballet, une grande farce, une mascarade, un divertissement, une révérence… Spectacle dédié en grande partie à la fête, la danse… La musique.

Jean baptiste Lully l’a composé il y a 350 ans et votre serviteur n’en a rien gardé, le mal-poli!

Un feu d’artifice multicolore où l’on retrouve des parfums de bossa, funk, valse-musette, rock, pop, classique, Spike Jones, des sonorités un peu kitch, 80’s, analogiques!
Passer de la guinguette à la discothèque en passant par le grand salon.

Sur scène: sax soprano et baryton, clarinette, accordéon, guitare électrique, synthé mais aussi cette fois, des instruments (shamisen et shakuhashi) ramenés d’un voyage d’étude au Japon et qui nous emmènent, au troisième acte, au pays Truc, Orient de pacotille.

Un métissage sonore où l’on s’est même ménagé des plages d’improvisation. Une musique vivante pour un spectacle vivant. Un son mouvant pour un monde émouvant.

Vincent Trouble

Vincent Trouble : Shamizene, trompette, claviers, accordéon, cuatro.
Nicolas Delorme : Saxophones, shakuhachi, guitalélé.
Claire Leyat : Guitare électrique, clarinette.
Valerie Bournet : Clarinette.