La fabuleuse histoire d’Edmond Rostand ! newsletter facebook instagram


 

 Dossier (.pdf)  Fiche technique (.pdf)   Revue de Presse   Galerie Photos

spectacle en création !

BILLETTERIE EN LIGNE                                                     ÉVÉNEMENT FB


… cette petite pièce radiophonique dure 10 minutes !
Installez vous bien, ne faites rien d’autres qu’écouter les yeux fermés c’est le mieux.
Surtout ne lisez rien, ne rentrez pas dans le dossier avant d’avoir fini l’écoute !


introdution La nécessité du théâtre

Le véritable esprit, c’est celui qui donne des ailes à l’enthousiasme.
L’éclat de rire est une gamme montante.
Ce qui est léger c’est l’âme.
Et voilà pourquoi il faut un théâtre où, exaltant avec du lyrisme, moralisant avec de la beauté, consolant avec de la grâce, les poètes, sans le faire exprès, donnent des leçons d’âme ! Voilà pourquoi il faut un théâtre poétique, et même héroïque !
Il est bon que de temps en temps un peuple réentende le son de l’enthousiasme.
Nous, surtout, qui n’avons plus agora ni forum, comment les connaîtrions-nous, ces grands moments d’unanimité, ces frissons éprouvés en commun, ces frémissements des forces impatientes ?
C’est au théâtre que les âmes côte à côte, peuvent se sentir des ailes…
D’après le discours de réception à l’Académie française d’Edmond Rostand

 


intention

Au-delà du projet artistique d’Edmond Rostand, il y a un véritable projet humain. À travers son amour des mots, la prodigalité de ses images, son lyrisme, sa truculence, sa verve, son ingéniosité, l’auteur fabrique un théâtre qui s’adresse à tous. Peu importe que l’on soit riche ou pauvre, croyant ou incroyant, sa grande vertu c’est l’enthousiasme. Les héros d’Edmond Rostand nous montrent que le bonheur doit s’édifier en nous. Et que ce qui nous grandit, qui décuple nos forces, ce n’est pas de l’atteindre, de le posséder… c’est de le poursuivre tout au long de notre existence.
Donner un sens à sa vie. Cet idéal moral que le poète exalte, élève le drame de la vie et nous permet de vivre avec ce brin de panache, ce rêve de travailler au bien-être de l’humanité et ce, jusque dans les tâches les plus modestes que nous accomplissons.

Philippe Car, Mars 2018

PS : Je suis seul en scène, enfin presque…
accompagné par un musicien joueur de kora.
Musique et bande-son accompagnent tout le spectacle, découpé comme un film.


presentation : La fabuleuse histoire d’Edmond Rostand ! (l’illustre auteur de Cyrano)

Le rideau se lève. Un personnage qui ressemble à Cyrano de Bergerac déclame un texte de Victor Hugo sur la misère. L’acteur s’est trompé de texte mais pas de thème.
Une fois l’erreur rectifiée, nous sommes en 1789 avec l’arrière-arrière-grand-père d’Edmond Rostand et parcourons par flashes la rocambolesque saga marseillaise de l’humaniste famille Rostand, jusqu’à la naissance d’Edmond.
D’œuvre en œuvre, le spectacle traverse la vie d’Edmond et puise dans les plus beaux passages de ses pièces.
L’histoire d’Edmond s’inscrit dans l’histoire du théâtre à la passionnante époque de l’invention de la mise en scène. Nous le voyons aux prises avec ses premières expériences de metteur en scène et directeur d’acteurs. Nous assistons à ses séances de répétition, face aux immenses acteurs qu’il eut la chance de diriger : Sarah Bernhardt, Constant Coquelin, Lucien Guitry… harassé par ses doutes et ses interrogations.
Nous le quittons à sa mort en 1918 emporté par la grippe espagnole.
Épopée-performance écrite pour un seul comédien, il s’agit là d’une œuvre onirique et poétique qui raconte l’histoire d’un poète, inventeur de théâtre et diffuseur de rêves.


Synopsis

La famille Rostand s’installe à Marseille juste avant la révolution. Grands bourgeois, armateurs, affairistes, maire de Marseille, ils sont aussi tous artistes et tous préoccupés et par le bien-être du peuple.
La 1ère pièce d’Edmond est un vaudeville : Le Gant Rouge. C’est un semi-échec mais qui participe déjà à le faire connaître à Paris.
Entre recueils de poésie et théâtre, il écrit pour Sarah Bernhardt, est joué à la comédie française avant de triompher avec Cyrano. Le succès sera équivalent avec L’Aiglon, à nouveau joué par Sarah Bernhardt. Et c’est sa dernière pièce, Chantecler, qui met en scène plus de 80 animaux de basse-cour, qui verra exploser son originalité, son inventivité et sa verve.
Il traverse la guerre dans le désespoir et meurt le 30 novembre 1918, enthousiasmé par l’armistice.


L’Équipe de Création

Une pièce de Philippe Car et Yves Fravega

Avec Philippe Car,
Accompagné en musique par Nicolas Paradis
Et en coulisses par Fabrice Rougier (régie plateau)

Mise en scène : Philippe Car,
Yves Fravega et toute l’équipe de création.

Composition musicale : Vincent Trouble
Ambiances sonores : Pascale Stevens
Création du son : Christophe Cartier
Scénographie et lumière : Julo Etievant
Accessoires : Bruno Montlahuc et Yann Norry
Costumes : Christian Burle
Assistanat mise en scène : Laurence Bournet, Laura Sceaux, Soizic de la Chapelle.

Avec la complicité de Valérie Bournet
et de toute l’équipe de l’Agence de Voyages Imaginaires.

Régie lumière : Jean-Yves Pillone.
Régie son : Vincent Trouble et Christophe Cartier


Le musicien : Nicolas Paradis

est le musicien qui accompagne Philippe Car en direct sur scène.
Il est facteur et joueur de kora, de ngoni, de flûtes et de toute une collection d’instruments inversement typiques de l’époque d’Edmond Rostand…
C’est un inventeur. La musique qu’il joue, composée par Vincent Trouble et lui même, nous entraîne loin du prévisible…
La musique : Les compositeurs de l’époque et leurs influences : Satie, Debussy, Offenbach tout autant que les compositeurs de musique minimaliste Steve Reich et Philip Glass.
Le son : Un décor sonore accompagne souvent les actions. Ambiances de bateau, de mer, de gare, de théâtre… renforçant là aussi, l’effet cinéma.

Coproducteurs : Les Théâtres/Marseille. Théâtre de Grasse. Espace Nova/Velaux. Théâtre Jean Le Bleu/Manosque. Le Cratère/Scène nationale d’Alès. Maison des Arts du Léman/Thonon. Bonlieu/Scène nationale Annecy.
Un Edmonteur : L’Heure Bleue-Ville de Saint-Martin-d’Hères/ Scène-régionale Auvergne-Rhône-Alpes finance la structure du « rideau à roulettes ».
Ce spectacle est soutenu et fabriqué en complicité avec Denis Paranque, descendant de la famille Rostand. Michel Forrier, véritable encyclopédie vivante de la famille Rostand, s’est engagé à nos côtés dans l’aventure de la fabrication de ce spectacle. Avec le soutien du Festival Edmond Rostand 2018.

L’Agence de Voyages Imaginaires est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication/DRAC PACA et la Ville de Marseille, subventionnée par la Région PACA et le Département des Bouches-du-Rhône.