Archives pour la catégorie édito

L’édito de la compagnie, rédigé par Philippe Car

Edito Décembre 2016

161110-contedhiver

« Doute que les étoiles soient de feu
Doute que le soleil se meut
Doute que la vérité mente elle même
mais ne doute pas que je t’aime…. »
Hamlet

 

Cher(e)s ami(e)s,

Nous sommes toujours au THEATRE 13 qui se remplit et affiche complet tous les week-ends.
Nous sommes heureux de rendre heureux !
C’est un très gros  challenge  puisque nous jouons tous les jours  pendant six semaines !! La troupe va bien , nous répétons chaque jour pour sculpter notre spectacle !
Il reste encore quelques dates jusqu’au 18 DECEMBRE,
Venez prendre votre part de bonheur, d’enthousiasme, de chaleur, de rire, de pleurs…
On vous attend !

Valerie pour la troupe


Quelques commentaires de spectateurs au Théâtre 13

74 élèves (de seconde , de première), et tous enthousiastes, transportés! et ils ont bien raison… quelle finesse sans avoir l’air d’y toucher. Nous sommes comblés. Merci et à très bientôt j’espère pour de nouveaux voyages… Guillaume

Samedi 19 novembre…spectacle, cabaret : charme, poésie, humour, tendresse, générosité, séduction, talent fou !! Merci pour cette magnifique fête ! Patricia

Mise en scène originale. Un spectacle très rythmé et plein d’humour. Et aussi merci pour l’ »after » de chanson-musique: un grand bol de fraicheur, un vrai régal. Une soirée qui donne des ailes. Bravo pour toutMerci encore. Florence

Merci pour cette pièce magique, pleine d’humour, et bravo pour toute la mise en scène et les choix musicaux qui donnaient du rythme à la pièce. Merci encore pour les conseils. Continuez ainsi et j’espère vous revoir dans cette pièce ou une autre. Bravo et merci pour ce moment ! Bonne continuation. Yoni

Je sors du Théâtre 13, en ce 17 novembre 2016. J’ai adoré, pleins d’humour, un partage de bonne humeur qui m’a fait rentré chez moi avec plus d’envie de jouer ! Je reviendrai vous voir avec grand plaisir, avec ou sans le lycée. Bonne continuation, continuez comme ça. Roxanne

Que du bonheur ce nouveau voyage de la compagnie au Théâtre 13 ! Un vrai théâtre populaire, qui joue de toute la gamme de nos émotions et de nos bonheurs, qui aime et respecte le spectateur, on rit, on est ému, on sort de là avec de la joie, c’est beau, c’est malin, c’est drôle, c’est malicieux… La phrase de Ribes s’applique parfaitement : « Seul vaut le théâtre d’aéroport, on s’assoit dans son fauteuil et on décolle ! » Bravo et merci à toutes et tous… Florence

Chère Agence Voyages Imaginaires,
Vous nous avez fait rêver aujourd’hui. Le succès est incontournable et ce n’est que mérité … quel travail !Vous tous, artistes accomplis, vos appels à tous les arts, théâtral et musical d’abord, clown, marionnettes, dessin animé …Votre ingéniosité et vos clins d’oeils nous ont emporté dans un voyage féérique, merveilleusement drôle et sensible à la fois. Mise en scène au poil, et il fallait le faire !Un grand merci pour nous avoir fait passer ce 13 novembre 2016 dans votre monde fantastique !et encore BRAVO !!! Marc

Chère Agence de Voyages Imaginaires. C’est un pur régal et plaisir de vous voir tous à Paris pour « Le Conte d’Hiver » tel que vous êtes…pur, talentueux, travailleur, heureux et si généreux. Une théâtralité humaine qui nous est si nécessaire autant que l’air que l’on respire et l’eau que l’on boit..il me semble que c’est avant tout l’amour d’être ensemble, nous tous humains avec nos Histoires, Défauts, Qualités, Méandres et Plénitudes que l’ont se rapprochent à travers votre proposition d’ aventure enthousiaste sincère et profonde. Merci à tous de faire vivre les cœurs en chacun de nous par le Théâtre! Joanna

MERCI!! venus en famille, 3 générations, toutes comblées, du rire, de la poésie, une soirée magique. Tout nous a plu : la musique, les textes, le jeu, les décors, l’ambiance, les costumes… Bravo pour votre talent, votre générosité, votre joie de vivre communicative! Isabelle

 

Edito Novembre 2016

161025-contedhiver
Bonjour chers compagnons de l’Agence,

Comme je l ‘espère, vous le savez (!!!), nous avons repris la route vers Paris.
Nous y voici depuis une semaine au Théâtre 13 – Seine  et nous y serons jusqu’au 18 décembre !!
Nous sommes heureux de ce beau projet et après une semaine, on se dit qu on a bien œuvré…
Que c’est beau une troupe !

C est important de se dire aussi, quand ça va bien, que ça va vraiment bien !
Cette  énergie humaine que tous les voyageurs de l’Agence déploient pour le bonheur du public nous est renvoyée en mille !!
Alors venez nous rejoindre , venez faire la fête avec nous !!
Un bol d’enthousiasme, de rire, de tendresse, de fantaisie … vous  est offert !
ON VOUS ATTEND…..

Et comme notre grand Shakespeare nous souffle :
« Le CIEL resta au dessus de tout: là siège un juge que nul roi ne corrompt » ( Henri VIII)

Valérie Bournet pour la troupe

 

 

Que du bonheur ce nouveau voyage de la compagnie au Théâtre 13 ! Un vrai théâtre populaire, qui joue de toute la gamme de nos émotions et de nos bonheurs, qui aime et respecte le spectateur, on rit, on est ému, on sort de là avec de la joie, c’est beau, c’est malin, c’est drôle, c’est malicieux… La phrase de Ribes s’applique parfaitement : « Seul vaut le théâtre d’aéroport, on s’assoit dans son fauteuil et on décolle ! » Bravo et merci à toutes et tous… Florence Scheuer

Chère Agence Voyages Imaginaires,
Vous nous avez fait rêver aujourd’hui. Le succès est incontournable et ce n’est que mérité … quel travail ! Vous tous, artistes accomplis, vos appels à tous les arts, théâtral et musical d’abord, clown, marionnettes, dessin animé … Votre ingéniosité et vos clins d’oeils nous ont emporté dans un voyage féérique, merveilleusement drôle et sensible à la fois. Mise en scène au poil, et il fallait le faire ! Un grand merci pour nous avoir fait passer ce 13 novembre 2016 dans votre monde fantastique ! et encore BRAVO !!! Marc Duhamel

Chère Agence de Voyages Imaginaires. C’est un pur régal et plaisir de vous voir tous à Paris pour « Le Conte d’Hiver » tel que vous êtes…pur, talentueux, travailleur, heureux et si généreux. Une théâtralité humaine qui nous est si nécessaire autant que l’air que l’on respire et l’eau que l’on boit..il me semble que c’est avant tout l’amour d’être ensemble, nous tous humains avec nos Histoires, Défauts, Qualités, Méandres et Plénitudes que l’ont se rapprochent à travers votre proposition d’ aventure enthousiaste sincère et profonde. Merci à tous de faire vivre les cœurs en chacun de nous par le Théâtre! Belloni Joanna

MERCI!! venus en famille, 3 générations, toutes comblées, du rire, de la poésie, une soirée magique. Tout nous a plu : la musique, les textes, le jeu, les décors, l’ambiance, les costumes… Bravo pour votre talent, votre générosité, votre joie de vivre communicative! Isabelle Collet

Édito novembre 2016

161025-contedhiver

 

Conseils à la jeunesse.
Edmond Rostand (extraits)

C’est la grâce, aujourd’hui, qu’à tous je vous souhaite
Voilà mon conseil de poète
Soyez tous des petits Cyranos

S’il fait nuit, battez-vous à tâtons contre l’ombre
Criez éperdument lorsque c’est mal : c’est mal !
Soyez pour la beauté…

Malgré les rires plein de baves
Que de toute beauté furent les assassins
Le panache est toujours pour les yeux clairs et graves
Aussi distinct au front des braves
Que l’auréole des saints

Le front bas quelquefois, on doute, on s’inquiète
Mais on a qu’à lever la tête…

Ne connaissez jamais la peur d’être risible
Tout ce vous pensez soyez fiers qu’on le sache
Et retroussez votre moustache
Même si vous n’en avez pas.

La saison bat son plein ! Nous, l’Agence de Voyages Imaginaires, continuons notre chemin : fournir au monde du rêve, de la joie, de l’espoir, de l’enthousiasme ! C’est le fondement de nos métiers d’artistes ! Notre mission… aussi essentielle que celle des médecins, des chercheurs et des mécaniciens !
Notre Conte d’Hiver a repris la route. Comme un bon vin, le spectacle se bonifie. C’est un très bel univers, une véritable féérie, un conte pour adultes, puissant, drôle et déchirant…
Avec ce spectacle, nous allons nous poser très bientôt à Paris, au Théâtre 13, pour une longue série de 6 semaines. Du 10 novembre au 18 décembre.

Venez, parlez-en autour de vous, soyez nos ambassadeurs !!!

En octobre à Marseille, la Fiesta des Suds a réuni et mis en joie des dizaines de milliers de spectateurs. Bravo aux organisateurs, bravo aux artistes !
Aimons nous réunir et faire la fête !

Le panache ! Et pourquoi n’existerait-il plus ?

A très vite !
Phil

AVI_logo

 

Edito Juillet 2016

Correspondance d’été

Le concept du beau
L’été c’est souvent l’occasion de voyager, de partir de chez soi et de découvrir ailleurs. A la recherche de beautés inattendues et espérées? Un beau paysage, de belles maisons et puis du beau temps, une mer belle, un beau ciel bleu! Mais c’est quoi la beauté? C’est relatif ! A la campagne, à la montagne, dans des coins éloignés des tendances de la mode, certains habitants de vieilles maisons en pierre, dont la lourde porte est ombragée par une épaisse treille, n’hésitent pas à transformer ces trésors de typisme en maisons froides, neuves et sans âme, à destination de touristes argentés. Pour eux, c’est ça la beauté.
Et qui décide qu’un ciel bleu est plus beau qu’un ciel nuageux ? Les peintres flamands ont rempli nos imaginaires de ces cieux tourmentés nous révélant leur beauté. Il paraît que les tahitiens trouvaient leurs lagons très moches avant que les impressionnistes viennent les immortaliser, après ça, ils les ont adorés !
Serait-ce le rôle des artistes de traquer la beauté du monde ?
Bel été !

Coucou!
Haha on voit bien que tu es en vacances!
Sympa ton texte mais vraiment hors contexte!
Je rentre d’Avignon où j’ai vu au palais des papes une pièce de Ivo Van Hove d’après une adaptation du synopsis des Damnés de Visconti et je suis restée sans voix pendant deux heures. Il s’agit d’une famille bourgeoise d’industriels qui sombre au moment du nazisme dans des compromis, des attitudes humaines horribles, qui se vendent et se détruisent entre eux… Sièges à jardin devant des tables de maquillage, un grand plateau orange, et à cour des cercueils qui vont accueillir petit à petit presque toute la famille qui s’entre-tue. Au centre, une vidéo qui retransmet les visages des acteurs pris avec une caméra volante ainsi que des images d’archives (très peu) et des projections de corps, nus par exemple. Une esthétique sans concession, glaciale…
Dernière image après des marées de sang, l’écran est éclairé à fond, à contre jour Martin, le fils des industriels qui a récupéré l’entreprise de son père, prend une mitraillette face à nous et tire très fort…
Wahou… tu restes sans voix ! C’est le bataclan, les terroristes…. pour que personne n’oublie. Très beau travail…
Donc pour en revenir à ton édito, je le trouve pas assez engagé ! NON, tout le monde n’est pas à la plage et n’a pas cette chance! En ce moment, ceux qui nous lisent sont tous à Avignon!
Et l’été c’est aussi les festivals! Ceux qui ne sortent pas l’année vont peut-être entrevoir un spectacle de rue, le seul de l’année! Il y a beaucoup de gens qui se battent !
Donc ton édito n’est pas accepté par la commission de censure du belvédère hahaha. Par contre, j’aime l’idée de la beauté et que l’artiste traque la beauté du monde!!!
Allez monsieur à votre copie!!
Bisous.

Mince recalé ! hi hi !
Je m’en doutais un peu…
Tu veux pas l’attaquer toi qui est plutôt dans le feu de l’action ??? Tu m’envoies une idée et on le finit à deux ?
Peut-être justement autour du choc que tu as reçu en voyant ce spectacle ? La nécessité des artistes pour rendre compte du monde, beauté et laideur… ???
Dis moi, sinon, je m’y remets. De toutes façons ce sera un édito qui courra jusqu’à la rentrée.
Et rajouter toujours, ne baissons pas la garde, restons vigilants, présents, actifs… vivants !

ÉDITO MAI 2016

romeo_ban

Toute personne, même la plus pauvre, a reçu le don d’aimer… il paraît.

Ça, c’est Séraphin dans L’histoire d’amour de Roméo et Juliette qui se jouera dans le Cantal ce mois ci.

Résister, c’est regarder attentivement là où les autres ferment les yeux, rester vigilant, sensible, garder sa conscience aiguisée, avoir la volonté ferme de comprendre…

Et ça, c’est encore Séraphin dans Sur le Sentier d’Antigone qui se jouera en Alsace puis en Isère, également ce printemps.

Le même soleil qui brille sur son palais éclaire tout autant notre chaumière, et il ne se détourne pas plus de nous que de lui.

Ça, c’est Perdita dans le Conte d’Hiver à propos du roi qui la tyrannise.

Le printemps, c’est aussi pour nous le moment de préparer la saison prochaine, bien remplie ! Après quelques dates en tournée à la rentrée, nous jouerons notre Conte d’Hiver pendant 6 semaines au Théâtre 13 à Paris !!! Juste avant Noël.

La peur parfois se cache derrière le bon sens ou la sagesse en condamnant comme inutiles, inefficaces ou même insensés les petits gestes de courage qui aident à préserver  le respect de soi et sa dignité.

Ça, c’est Alonso dans El Cid, qui partira encore pour une belle tournée en 2017 !

A vos agendas !

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière.

Et ça c’est Edmond Rostand qui fait dire ça à son coq  Chantecler, convaincu que c’est son chant qui fait se lever le soleil…

Soyons optimistes et confiants en nos volontés et capacités d’agir !

L’Agence


hautesavoie
El Cid !
samedi 23 – 21h Château de Clermont
Clermont (74) – 04 50 33 50 33
Plus d’infos…
newsletterPour retrouver l’ensemble des infos du mois sur la compagnie, les coulisses, les actualités, la vie au Pôle Nord, notre lieu de création, inscrivez-vous à la Newsletter de l’Agence de Voyages Imaginaires : « L’Étoile Polaire »

ÉDITO AVRIL 2016

elcid equipeC’est le printemps ! Les fleurs sortent !
En théologie, le paradis est le séjour des justes après la mort, ou l’état de bonheur dont jouissent auprès de Dieu les âmes des justes après la mort. Dans un cas comme dans l’autre, ces justes sont donc justes et morts…
Dans les paradis fiscaux, les très très riches seraient donc justes et considérés comme morts ? Est-ce juste que les âmes des très très riches jouissent d’un état de bonheur ? Sont-ils morts ?
Est-ce leur désir immodéré de l’argent et des richesses, leur appétence immodérée de posséder, leur goût du profit qui les a tué ? Il y a parfois des drôles d’abus de langages…
Et ces gens qui fuient l’horreur de leur situation dans leur pays et qui frappent à notre porte, ceux qu’on appelle migrants, qui sont-ils ? Des oiseaux migrateurs ?
Tout ça nous questionne et nous bouleverse… Et nous fait traverser notre métier avec la préoccupation absolue de l’autre, le spectateur pour nous.

La troupe de l’Agence de Voyages Imaginaires est rentrée de tournée, après un mois à jouer El Cid et Le Bourgeois gentilhomme. À chaque représentation, de magnifiques échanges se multiplient, avec un public expressément disposé à rencontrer, à s’échapper, à vivre des moments de joie, d’émotions. Et à nous dire et nous redire à quel point c’est important de pouvoir les vivre. Nous remerciant sans cesse de… faire notre métier.

Ce mois d’avril, notre Antigone reprend son sentier pour le théâtre de Clermont l’Hérault ! Antigone. Cette jeune fille qui se révolte contre un tyran. Languedociens, soyez au rendez-vous !

Nous jouerons aussi Le Conte d’Hiver à Creil le 22, veille du 400e anniversaire de la mort de William S. (Oui donc décédé le 23 avril 1616…) Nous fêterons ça avec les 500 spectateurs de la Faïencerie, en créant avec eux un slam collectif ! Que nous ne manquerons pas de filmer !

Et nous préparons la suite, demain, le mois prochain, l’année prochaine, 2019…

Beau printemps vigilant !

L’Agence

À chaque époque troublée de l’Histoire, quand la démocratie vacillait ou n’était plus, ou n’existait pas encore et qu’il s’agissait de partir à sa conquête, les poètes de la scène, de la piste, de la rue, les artistes de toutes disciplines, ont toujours su atteindre leurs compatriotes, en appeler à leur imaginaire, fourbir les armes de la résistance et leur permettre de puiser dans leurs oeuvres la force collective du refus comme celle de décider de l’avenir.
Faisons en sorte alors que les poètes, les artistes soient, aujourd’hui pour demain, nombreux toujours, divers autant que singuliers, impertinents autant qu’éclairants, émouvants autant qu’acerbes, étonnants toujours, partout présents là où des femmes, des hommes, des enfants peuvent venir se serrer, se tenir chaud pour écouter, rire ou pleurer et repartir différents, plus forts, plus sensibles, plus intelligents, habités de mots et d’images indélébiles.
Jean François Marguerin (Extrait de Donner une nouvelle dynamique au soutien des arts de la scène en France. Sur le site de Mediapart)